A Marcos
A la joie
A la beauté des rêves
A la mélancolie
A l'espoir qui nous tient
A la santé du feu
Et de la flamme
A ton étoile

Ami, qu'on crève d'une absence
Ou qu'on crève un abcès
C'est le poison qui coule

Certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes
A l'interieur des foules.

Ici et là

Ne cesse pas de trembler
C'est comme ça que je te reconnais

dsc03218

[rester vaste]

* crédits Noir Désir